L’Ore al-UNESCO Maghreb récompense 5 lauréates maghrébines à Casablanca

Maroc

Depuis 2007, la filiale L’Oréal Maroc déploie localement ce programme pour accompagner, encourager, à travers une bourse, les femmes scientifiques remarquables. En 2014, le programme a pris une dimension régionale afin d’ouvrir des opportunités nouvelles pour la science et les femmes maghrébines au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Libye.
A l’occasion d’une cérémonie tenue ce lundi soir à l’Institut français de Casablanca, les cinq lauréates du programme L’Ore al-UNESCO Maghreb pour les femmes et la science 2019 ont reçu leurs bourses.

En plus d’un financement de 10.000 euros, le programme, qui récompense la qualité des projets et recherche, donne aux jeunes femmes maghrébines la possibilité d’acquérir de solides compétences en leadership et d’établir des liens avec d’autres femmes scientifiques.

Parmi les lauréates, on retrouve la Marocaine Laila El Ghazouani, de l’Ecole nationale d’architecture (INA/Rabat), s’est distinguée par son projet de recherche qui tente de proposer des moyens d’intervention, afin de diminuer les températures élevées ressenties dans la ville.

Sa compatriote Hanan Arahmane, de l’Université Mohamed V de Rabat, a travaillé sur de nouvelles méthodes de traitement numérique du signal, a savoir les méthodes de séparation aveugle de source matricielle et tensorielle et les méthodes d’intelligence artificielle afin d’améliorer les techniques de mesure de flux neutronique et ce, dans la perspective d’une meilleure estimation de ce flux dans un champ de rayonnements mixtes, en particulier au sein du seul réacteur au Maroc, a savoir celui du Centre national de l’énergie, des sciences et des techniques nucléaires (CNESTEN).

Deux Tunisienne ont figuré sur la liste des lauréates. Randa Sghaier, de l’université de Monastir, mène des recherches pour comprendre les activités biologiques actuellement employés dans le traitement de la sclérose en plaques en vue d’améliorer l’état des malades, tandis que Leila Nasraoui, de l’Université de Carthage Ariana, réalise des recherches sur l’intégration des drones dans le réseau de la 5e me génération pour étendre la connectivité et offrir un service performant et a la demande.

La cinquième et dernière lauréate du programme est l’Algérienne Soumicha Mahdjour, de l’Université de Mascara, dont les travaux de recherche consistent en l’évaluation de nouveaux photosensibilisants chimiques via une stratégie correcte et adéquate de prise en charge des patients souffrant d’une pathologie incurable, à savoir le cancer.

Hanan Arahmane a fait savoir que grâce à cette bourse, elle peut approfondir ses recherches et échanger avec ses pairs dans le monde, ajoutant que cette action contribue au renforcement du leadership féminin.

A cette occasion, Mourad Telmini, professeur de physique a la Faculté des sciences de Tunis-El Manar et membre du jury, a indiqué que l’objectif de cette bourse est d’encourager le mentorat, dynamiser les échanges et ouvrir de nouveaux horizons aux femmes chercheurs pour concrétiser leurs projets et accéder à l’excellence scientifique.

Pour sa part, la directrice générale de L’Oréal Maroc, Laila Benjelloun, a souligné que la Fondation de L’Oréal et l’UNESCO collaborent depuis plus de 20 ans pour aider davantage de femmes à s’imposer dans le monde de la recherche scientifique et participer à la résolution des grands défis qu’affronte l’humanité.

La Fondation L’Oréal, aux côtés de l’UNESCO, s’est engagée, en 1998, à faire croître la part des femmes et leur rôle dans la recherche scientifique grâce au programme « Pour les Femmes et la Science ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *